Le domaine de l’immobilier nous intéresse tous, que l’on soit propriétaire ou des locataire. Aujourd’hui, nous allons aborder le sujet de la caution de loyer qui est incontournable dans chaque contrat de baille. Il s’agit d’un acte qui sert surtout à couvrir les éventuelles dégradations du bien immobilier durant la durée de location ainsi que les loyers impayés. Vous avez deux choix pour le faire, la caution ou l’assurance de loyer impayé.

L’option de la caution

Egalement appelée garantie loyer, la caution de loyer définie la somme versée par le locataire au bailleur afin que ce dernier puisse être protégé de toute possibilité de manque de paiement durant la période d’occupation de sa maison ou son appartement. La somme sert également à payer les travaux nécessaires en cas de dégradation du bien loué au départ du locataire, à la fin du contrat de bail. Le principal avantage de cette solution c’est sa simplicité. En effet, la procédure consiste juste à ce que les deux parties signent un contrat mentionnant les engagements concernant la garantie, le locataire paie la somme demandée et le bailleur rembourse à la fin du contrat après un état des lieux pour connaître les cas de dégradation.

Le choix de l’assurance de loyer impayé

Cette option consiste à faire appel à une banque pour se porter garant à la place du locataire. Le premier intérêt, c’est que les bailleurs font plus confiance aux entités financières. Le contrat entre le locataire et la banque concerne principalement les éventuels loyers impayés. Tous les documents attestant les revenus du locataire sont requis pour constituer le dossier et les conditions de dépôts sont différentes d’une banque à une autre. La démarche est, donc, plus complexe et demande plus de temps mais elle procure une situation de confiance et de sécurité pour le propriétaire mais également le locataire. En cas de manque de paiement, le bailleur est en droit de demander à être remboursé par la banque garante.