La location meublée vous permet de profiter d’une carotte fiscale très attractive, et ce, grâce au statut de LMNP ou loueur en meublé non professionnel. Si vos revenus locatifs sont supérieurs à 33 100 euros par an, vous bénéficiez d’une fiscalité très avantageuse, par le biais du régime réel simplifié. Explications.

Les charges déductibles et les autres réductions d’impôt

Le régime réel d’imposition permet la déduction des charges suivantes entre autres :

  • les frais d’acquisition : on inclura parmi ces frais les honoraires du notaire (qu’il s’agisse d’un bien neuf ou d’occasion). Les frais de l’agence immobilière également, si l’acheteur a sollicité les services de cette dernière.
  • les frais de gestion courante : ce sont les frais d’entretien, de même que ceux rattachés aux petits travaux de réparation.
  • les assurances
  • les provisions pour risques : ce sont les provisions destinées à couvrir d’éventuelles dettes qui pourraient être contractées par le loueur

En outre, l’avantage du régime réel d’imposition est aussi la possibilité de déduire le montant des amortissements sur l’immobilier et sur le mobilier. Cet amortissement est reportable chaque année en cas d’excédent. D’où la possibilité de défiscaliser sur une longue période, pouvant atteindre une vingtaine, voire une trentaine d’années.

Si le bien est exploité par un gestionnaire, comme c’est le cas des résidences avec services, la TVA de l’acquisition peut être remboursée au loueur. Soit une économie d’impôt supplémentaire de 20%.

Et si vos revenus sont inférieurs à 33 100 euros par an ?

Dans ce cas, ce ne sera pas le régime réel simplifié qui sera appliqué, mais plutôt le régime micro-BIC. Un abattement de 50% ou de 70% est déduit de l’IR du loueur.

Il est possible de passer de ce régime au réel simplifié. L’expert-comptable sera sollicité afin d’accompagner le loueur dans les démarches y afférentes.

Tout sur le statut de loueur en meublé non professionnel sur lmnp-expert.fr.