Les épargnants peuvent désormais souscrire à un nouveau plan qui regroupe plusieurs épargnes retraite : le PER. Celui-ci vient d’être lancé le 1er octobre 2019. Trois compartiments constituent ce plan : l’épargne individuelle qui est volontaire, l’épargne collective et l’épargne catégorielle. Cette dernière est une épargne obligatoire.

La reprise et le remodelage de certains produits d’épargne

Des modifications ont été apportées par la loi PACTE qui a déclenché la naissance du PER. Cependant, il s’agit de réformes visant à améliorer les produits d’épargne déjà existants. Par exemple, le PER individuel est un PERP revisité, tandis que le PER collectif est la version corrigée du PERCO. Le PER catégoriel, lui, est une refonte du contrat « article 83 » ou PERP entreprises.

Ces réformes touchent en particulier la fiscalité de chaque produit ainsi que la disponibilité rendue plus assouplie de l’épargne. De plus, l’épargnant est totalement libre de choisir entre sortie en rente ou sortie en capital lorsqu’il aura atteint l’âge légal de départ à la retraite, sauf pour le PER catégoriel. En effet, celui-ci n’autorise que la sortie en rentes viagères.

La gestion pilotée « équilibre »

Autre nouveauté intégrée dans ce nouveau plan : la gestion pilotée « équilibre » qui est une option par défaut. La gestion est dite pilotée c’est-à-dire que le gestionnaire du produit d’épargne détermine lui-même les différentes stratégies de rendement par rapport aux risques financiers encourus par l’épargnant.

Il s’agit donc d’équilibrer ces deux leviers ou de réduire ces risques au fur et à mesure que l’épargnant approche de l’âge de son départ à la retraite. Rappelons en effet que l’épargne du PER est dynamisée par des supports multiples : des actions pour augmenter le rendement – mais qui élèvent aussi le niveau de risque – des obligations ainsi que des supports moins volatils tels que l’euro-croissance et les fonds en euros. Des supports monétaires peuvent aussi être injectés dans le PER. Ces composants sont équilibrés par le gestionnaire en fonction de l’âge de l’épargnant. Le souscripteur a le choix entre le profil « prudent », le profil « équilibre » et le profil « dynamique ».

Le profil « prudent » : il est destiné aux épargnants proches de la retraite. La part investie dans les actifs à faible risque est alors augmentée. Le rendement est peu intéressant mais l’épargne sécurisée. C’est l’inverse pour le profil « dynamique », généralement destiné aux jeunes épargnants. Quant au profil « équilibré », les parts investies dans les actifs à haut rendement et à faible risque sont soigneusement dosées. Rappelons que c’est l’option gestion pilotée équilibre qui est activée par défaut à l’ouverture du plan.

Transfert des produits d’épargne existants vers le PER

Le PERP, le PERCO et contrat Madelin peuvent désormais être accueillis au sein du PER. Il est possible d’effectuer le transfert dans un produit commercialisé par le même gestionnaire ou par une autre compagnie. Les frais de transfert s’appliquent dans ce dernier cas.

La transférabilité de l’assurance-vie vers le PER a également été validée. Avantage : rendre plus attractive l’épargne du souscripteur et augmenter en rentabilité. Afin de profiter des avantages de l’assurance-vie, l’épargnant peut opter pour le transfert partiel de ses encours vers un PER et ce, jusqu’en 2022. Des frais peuvent aussi s’appliquer.

C’est pourquoi, il est toujours important de se rapprocher des spécialistes de l’épargne pour réaliser les meilleures simulations et afin de s’enquérir préalablement du rendement réel du produit. Faut-il également conserver la formule gestion pilotée équilibre ou choisir l’une des deux autres options ? Tous les conseils sur per.fr. Vous y trouverez les particularités pour chaque sous-produit : PER individuel, collectif ou catégoriel.